Les membres de la Fondation Margaretha et les étudiants de l’UAC dans les mangroves samedi dernier.

Les étudiants de l’UAC et les membres de la Fondation Margaretha ont effectué une visite touristique à Gogotinkpon le samedi 20 février dernier. M. Dieudonné Kuassi METONOU, fils du terroir a accueilli avec joie les responsables de la Fondation Margaretha ainsi que les étudiants. En sa qualité de guide touristique, il a dévoilé le programme de la journée avant de conduire le groupe chez Mr Gaston M. ZOUNON, le Chef du Village de Gogotinkpon qui a fait l’historique de Gogotinkpon. À l’en croire, c’est le nom d’un hameau qui a été généralisé sur tout le village. Au fait, les pêcheurs avaient l’habitude de palper les joues et les fesses (Gogo) des femmes qu’ils désirent.

Les femmes ragaillardies par ce geste se disent j’irai à Gogotinkponme c’est à dire là où on palpe les fesses d’où le nom Gogotinkponme.

Dans le jargon communicationnel du milieu, le Gogotinkpon n’est pas le fait d’avoir un pouvoir particulier sur la fesse féminine, mais un geste d’appréciation.

Après cette explication, le chef du village passe à la distinction de chaque visiteur par un port des badges en tant que citoyen de GOGOTINKPON.

Place fut maintenant donnée à la plantation des cocotiers, ce qui matérialise le passage des visiteurs dans le village. Les partenaires de la Fondation Margaretha & Pierre ont donc pu mettre à terre leur plant de cocotiers qui se grandiront et se développeront pour le bonheur des marraines et des parrains.

Cette première partie de la visite s’achève chez le vieux connaisseur des plantes.

À son absence, c’est sa femme qui prend le devant des choses.

Après avoir expliqué quelques vertus des plantes médicinales, elle partagea à tous les visiteurs une portion d’Euphorbe tête de méduse qui serait une plante qui anéantisse toutes les intentions négatives des potentiels visiteurs.

Les voyageurs prennent ainsi la route de l’embarcadère là où ils ont goûté le « Monlou godo » c’est-à-dire la bouillie du riz.

Ils ont eu droit à une explication, démonstration à l’appui des techniques de lavage, de dressage et de massage des nouveau-nés.

Avec des questions pertinentes et remarquables, les visiteurs ont eu droit à des réponses et compréhensions potables.

Ce fut alors la place aux balades sur le fleuve en nourrissant les yeux de beaux emplacements des mangroves sur les rives.

Sacrées et imperturbables, elles allongent le long des rives tels des imperturbables habitations. Consciente de la nécessité de protéger cette riche flore, la Fondation Margaretha & Pierre cible toutes les initiatives qui visent à préserver les Mangroves au Bénin et en Afrique de l’Ouest.

Le guide, M. Metonou, aidait les voyageurs à non seulement s’imprégner de ce beau paysage, mais de comprendre leurs fondements et leurs utilités.

Une fois sous le pilotis, ils ont eu droit à un déjeuner qui fait l’objet de deux repas.

L’entrée est le ragoût de manioc appelé localement agnan et le Dakouin qui est le Pilon rouge.

Après ce déjeuner, les visiteurs ont eu droit à une animation faite par les enfants pour la circonstance et une méditation qui les ont entraînées dans un sommeil sans précédent.

Cette visite de site s’achève par le bain d’argile Tobò de Gogo qui a pour objectif de rafraîchir les nerfs, de plonger le corps dans une fraîcheur d’enfant né, enfin de redonner au corps sa noblesse.

Les voyageurs quittent Gogotinkpon aux environs de 17 heures enfin de gagner leurs lieux de Provence.

La visite s’est terminée dans une ambiance bon enfant donnant envie aux visiteurs de repasser voir les merveilles de GOGOTINKPONME.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Résoudre : *
23 − 11 =